Europe - UNESCO : En 2022 les meurtres de journalistes ont augmenté de 50 %, la moitié d'entre eux a été commise hors du cadre professionnel

 - UNESCO : En 2022 les meurtres de journalistes ont augmenté de 50 %, la moitié d'entre eux a été commise hors du cadre professionnel

- UNESCO : En 2022 les meurtres de journalistes ont augmenté de 50 %, la moitié d'entre eux a été commise hors du cadre professionnel

Par EUROTRIBUNE / UNESCO , le 16 Janvier 2023

UNESCO : En 2022 les meurtres de journalistes ont augmenté de 50 %, la moitié d'entre eux a été commise hors du cadre professionnel

Paris, le 12 janvier 2023 – Quatre-vingt-six journalistes et professionnels des médias ont été tués dans le monde en 2022 – soit un tous les quatre jours, selon les données de l’UNESCO, ce qui souligne les graves risques que continuent de courir les journalistes dans l’exercice de leur fonction et leur grande vulnérabilité.

« Après plusieurs années consécutives de baisse, la forte augmentation du nombre de journalistes tués en 2022 est alarmante. Les autorités doivent redoubler d’efforts pour mettre fin à ces crimes et veiller à ce que leurs auteurs soient condamnés, car l’indifférence est un facteur important de ce climat de violence. » déclare Audrey Azoulay, la Directrice générale de l’UNESCO.

Le pic de meurtres atteint en 2022 marque un renversement de la tendance positive observée ces dernières années : de 99 meurtres commis en 2018, le nombre était tombé à une moyenne de 58 meurtres par an de 2019 à 2021, selon l’Observatoire de l’UNESCO des journalistes tués. Ces chiffres rappellent qu’à travers le monde, l’État de droit est parcouru de fissures croissantes, et témoignent de l’incapacité des États à remplir leurs obligations en matière de protection des journalistes, de prévention et de poursuite des crimes à leur encontre.

Si toutes les régions ont été touchées, l’Amérique latine et les Caraïbes ont été les régions les plus dangereuses pour les journalistes en 2022, avec 44 meurtres, soit plus de la moitié de tous ceux qui ont été commis dans le monde. L’Asie et le Pacifique ont enregistré 16 meurtres, tandis que 11 journalistes ont été tuées en Europe de l’Est. Les pays les plus meurtriers ont été le Mexique, l’Ukraine et Haïti avec respectivement 19, 10 et 9 meurtres commis.

La moitié des journalistes ont été tués hors du cadre professionnel 

Dans environ la moitié des cas, les journalistes n’ont pas été tués pendant qu’ils exerçaient leurs fonctions : ils étaient en voyage, à leur domicile, dans des parkings ou d’autres lieux publics lorsqu’ils ont été pris pour cible. Cette situation s’inscrit dans la continuité d’une tendance observée ces dernières années et implique qu’il n’existe aucun lieu sûr pour les journalistes, même pendant leur temps libre. 

Le nombre de journalistes tués dans des pays en conflit s’élève à 23 en 2022, contre 20 l’année précédente, la forte augmentation globale du nombre de meurtres intervient donc principalement dans des pays qui ne connaissent pas de conflit. Ce nombre a presque doublé, passant de 35 cas en 2021 à 61 en 2022, ce qui représente les trois quarts de l’ensemble des meurtres commis l’an dernier.

Ces journalistes ont été tués pour différentes raisons, notamment des représailles pour des reportages sur le crime organisé, des conflits armés, la montée de l’extrémisme, ou la couverture de sujets sensibles tels que la corruption, les crimes environnementaux, les abus de pouvoir ou les manifestations.

L'impunité reste très élevée

Si des progrès ont été accomplis au cours des cinq dernières années, le taux d’impunité pour les meurtres de journalistes reste particulièrement élevé (86 %), ce qui entrave le travail des journalistes et met en péril la liberté d’expression à travers le monde. Cela prouve que la lutte contre l’impunité reste un engagement urgent pour lequel la coopération internationale doit être davantage mobilisée. 

Outre les meurtres, les journalistes continuent d’être menacés par de multiples formes de violence, telles que les enlèvements, les détentions arbitraires, le harcèlement juridique ou la violence numérique, en particulier à l’encontre des femmes journalistes.

Le rapport de l’UNESCO sur les tendances mondiales en matière de liberté d'expression 2021/2022 met en évidence ces défis. Ainsi, les lois contre la diffamation, la cyber-diffamation et la diffusion de « fausses informations » sont parfois utilisées comme un moyen de limiter la liberté d’expression, en instaurant un environnement néfaste pour les journalistes.

En savoir plus sur l’action de l’UNESCO en faveur de la protection des journalistes

L’UNESCO est l’agence des Nations Unies qui a pour mandat de garantir la liberté d’expression et la sécurité des journalistes dans le monde. Elle coordonne le Plan d’action des Nations Unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité, qui a marqué son 10e anniversaire lors d’une conférence mondiale organisée à Vienne (Autriche) en 2022. 

L’Organisation condamne et contrôle les suites judiciaires données à chaque meurtre de journaliste. Elle forme également des journalistes et des acteurs du système judiciaire, élabore avec les gouvernements des politiques et des lois favorables, et sensibilise l’opinion publique mondiale par le biais d’événements tels que la Journée mondiale de la liberté de la presse (le 3 mai) et la Journée internationale de la fin de l’impunité pour les crimes commis contre les journalistes (le 2 novembre), célébrées chaque année.

Illustration

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI