Europe - Cinquième série de sanctions contre la Russie : La commission européenne se prononce

 - Cinquième série de sanctions contre la Russie : La commission européenne se prononce

- Cinquième série de sanctions contre la Russie : La commission européenne se prononce

Par Présidente von der Leyen, le 06 Avril 2022

Cinquième série de sanctions contre la Russie : La commission européenne se prononce

 Ces atrocités ne peuvent rester sans réponse, et elles ne resteront pas sans réponse ». C’est après ces quelques mots qu’Ursula Von der Leyen décide d’aller un pas plus loin et de mettre en place la 5ème série de sanctions contre la Russie … 

Composée de 6 piliers, cette sanction imposera, entre autres, une interdiction totale de transactions visant quatre grandes banques russes, une interdiction d'accès aux ports de l'UE aux navires russes et aux navires exploités par la Russie ou encore de nouvelles interdictions ciblées d'exportation et d’importation … 

  • Quelles sont les piliers de cette série de sanction ? 
  • Comment pourrait réagir la Russie ? 
  • Quelles conséquences concrètes pour la Russie ? Pour l’Union européenne ? 

    Déclaration à la presse de la Présidente von der Leyen sur la cinquième série de sanctions à l'encontre de la Russie

"Seul le texte prononcé fait foi"

Nous avons tous vu les images épouvantables qui nous sont parvenues de Boutcha et des autres régions que les troupes russes ont récemment quittées. J'ai adressé hier au président Zelensky mes condoléances et l'ai assuré du soutien sans réserve de la Commission européenne en ces temps particulièrement révélateurs. Ces atrocités ne peuvent rester sans réponse, et elles ne resteront pas sans réponse. Les auteurs de ces crimes odieux ne doivent pas rester impunis. L'UE a mis en place une équipe d'enquête conjointe avec l'Ukraine. Sa mission consiste à fournir des preuves et à enquêter sur les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité commis en Ukraine.

La Russie mène une guerre cruelle et impitoyable, qu'elle dirige non seulement contre les troupes courageuses de l'Ukraine, mais aussi contre sa population civile. Il est important de maintenir la plus grande pression sur Poutine et le gouvernement russe en ce moment critique. Les quatre trains de sanctions ont durement touchés et limités les options politiques et économiques du Kremlin. Nous voyons des résultats tangibles. Mais il est clair que, compte tenu des événements, nous devons encore augmenter notre pression. Aujourd'hui, nous suggérons d'aller un pas plus loin en matière de sanctions. Nous élargirons et renforcerons ces sanctions, afin qu'elles fonctionnent encore plus l'économie russe.

Cette cinquième série de sanctions comporte six piliers. Surtout, nous imposent une interdiction d'importation de charbon en provenance de Russie, d'une valeur de 4 milliards d'euros par an. Cela entraînera une nouvelle perte significative de recettes pour la Russie.

Deuxièmement, nous imposent une interdiction totale de transactions visant quatre grandes banques russes, dont VTB, la deuxième plus grande banque russe. Ces quatre banques, que nous avons aujourd'hui totalement coupées des marchés, représentent 23 % de la part de marché dans le secteur bancaire russe. Cela affaiblira encore le système financier russe.

Troisièmement, nous imposent une interdiction d'accès aux ports de l'UE aux navires russes et aux navires exploités par la Russie. Certains produits susceptibles seront versés pour les produits de première nécessité comme les agricoles et alimentaires, l'aide humanitaire et l'énergie. En outre, nous proposonsons une interdiction frappante les transporteurs routiers russes et biélorusses. Cette interdiction limitera les possibilités pour l'industrie russe d'obtenir des biens essentiels.

Quatrièmement, nous appliquons de nouvelles interdictions ciblées d'exportation, d'une valeur de 10 milliards d'euros, dans des secteurs où la Russie est vulnérable. Cela inclut, par exemple, les ordinateurs quantiques et les semi‑conducteurs avancés, mais aussi les machines sensibles et les équipements de transport. Grâce à ces mesures, nous continuons à saper la base technologique et les capacités industrielles de la Russie.

Cinquièmement, nous imposent de nouvelles interdictions d'importation spécifiques, d'une valeur de 5,5 milliards d'euros, afin de réduire les flux financiers de la Russie et de ses oligarques pour différents produits, du bois au ciment et des fruits de mer à la liqueur. Ce faisant, nous comblons également les failles existantes entre la Russie et la Biélorussie.

Sixièmement, nous prenons un certain nombre de mesures très ciblées, comme une interdiction générale au niveau de l'UE concernant la participation d'entreprises russes aux marchés publics des membres États ou l'exclusion de tout soutien financier, qu'il soit européen ou national, en faveur des organismes publics russes. Ces décisions sont adoptées parce que l'argent du contribuable européen ne devrait pas aboutir en Russie, sous quelque forme que ce soit.

Enfin, nous avons également proposé d'ajouter de nouveaux noms aux listes existantes, ce que le HR/VP, Josep Borrell va vous expliquer. Mais ce n'est pas tout. Nous travaillons à des sanctions supplémentaires, y compris sur les importations de pétrole, et nous avons réfléchi à certaines idées signalées par les États membres, telles que l'instauration de taxes ou la mise en place de canaux de paiement spécifiques comme un compte de garantie bloquer.

Aujourd'hui, plus de 40 pays appliquent des sanctions de type CE. L'adoption d'une position claire est essentielle non seulement pour nous en Europe, mais aussi pour le reste du monde. Une position claire contre la guerre que Poutine a choisi de mener. Une position claire contre le massacre de civils. Et une position claire contre la violation des principes fondamentaux de l'ordre mondial.

Slava Ukraine.

Illustration

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI