Europe - Avenir de l'Europe : la plénière de la conférence apporte les dernières modifications aux propositions


- Avenir de l'Europe : la plénière de la conférence apporte les dernières modifications aux propositions

Par Parlement Européen , le 15 Avril 2022

La plénière de la Conférence sur l'avenir de l'Europe s'est à nouveau réunie les 8 et 9 avril à Strasbourg pour approfondir les propositions des groupes de travail de la Conférence.

Les présidents des neuf groupes de travail thématiques ont présenté leurs propositions lors de la plénière de la conférence durant laquelle tous les membres - représentants des citoyens, des parlements européens et nationaux, des institutions européennes, des partenaires sociaux et de la société civile - en ont débattu.

Les propositions en question sont basées sur les recommandations formulées par les citoyens dans les panels européens et nationaux, sur les idées recueillies par la plateforme numérique de la conférence et sur les échanges qui ont eu lieu lors des sessions plénières et des groupes de travail de la conférence.

Alors que des appels à la modification du traité dans de nombreux domaines ont été lancés lors des débats en plénière, certains ont déclaré que l'UE devait avancer avec des solutions pratiques pouvant être appliquées plus rapidement et avec les outils existants.

La guerre en Ukraine a également eu un impact important sur la finalisation des propositions.

Discussions finales sur les propositions dans 9 domaines

Au cours d'un débat animé sur l'UE dans le monde, la question a été posé de savoir si les compétences de l'UE devraient être modifiées pour mieux faire face à des crises telles que la guerre en Ukraine. Les participants ont discuté des avantages et des risques liés à l'abolition de la règle de l'unanimité au Conseil. Le soutien aux pays moins développés et les accords commerciaux ont également été abordés.

Le droit de veto des pays sur les décisions du Conseil a également un sujet clé lors des discussions sur la démocratie européenne. Les débats ont aussi porté sur des appels à une Europe plus centrée sur l'humain, qui continue d'écouter les propositions des citoyens : « Nous voulons une charte européenne de la participation des citoyens. Il devrait y avoir une plateforme numérique et un contrôle de la part des jeunes pour la législation européenne », a déclaré Manfred Weber (PPE, Allemagne).

Sur la migration, les débats ont porté sur le renforcement du rôle de l'UE en matière de migration et sur un système plus fort basé sur la solidarité et le partage des responsabilités, ainsi que sur l'amélioration de l'intégration. « Le respect des droits humains, la solidarité, les causes profondes de la migration sont présents dans les recommandations », a déclaré Jordi Solé (Verts/ALE, Espagne).

Des appels à la protection de l'État de droit ont été lancés lors du débat sur les valeurs et les droits, l'État de droit et la sécurité. « Les citoyens européens appellent à une UE fondée sur des valeurs, ils demandent une législation plus stricte, une action plus féroce à l'égard des gouvernements qui ne passent pas le test », a déclaré Katarina Barley (S&D, Allemagne). Zdzisław Krasnodębski (ECR, Pologne) a déclaré : « Je suis favorable à la discussion sur nos valeurs, mais personne ne devrait avoir le monopole de ce que sont nos valeurs. »

Concernant la santé, de nombreux participants ont demandé de nouvelles compétences européennes, notamment des normes minimales de services de santé dans toute l'UE. Alin Mituța (Roumanie, Renew Europe) a déclaré : « Nous serions en mesure de sauver plus de vies si nous pouvions coopérer à l'échelle européenne dans le domaine de la santé, par exemple en ayant une liste européenne des transplantations et des maladies cardiovasculaires. » La promotion de modes de vie sains était également à l’ordre du jour : « Dans les écoles, nous devrions promouvoir la culture de l'alimentation", a déclaré Susanna Ceccardi (ID, Italie).

Le groupe de travail sur l'éducation, la culture, la jeunesse et le sport a progressé sur des propositions concernant l'harmonisation des programmes éducatifs, la formation, l'augmentation du financement, la fin de la fuite des cerveaux et une protection sociale forte pour les jeunes. L'équilibre entre le développement de l'anglais à l'école et la protection des langues minoritaires a été abordé. Concernant le domaine du sport, les questions de l'égalité des sexes, de l'inclusion et de la représentation dans les sports locaux et traditionnels ont été soulevées.

Sur les thèmes « une économie plus forte, la justice sociale et l'emploi », les propositions ont été discutées dans le contexte du soutien aux Ukrainiens et de la lutte contre les conséquences sociales et économiques de la guerre au sein de l'UE. L'accent devrait être mis sur un modèle économique plus durable et résilient, en se concentrant sur la transition verte et numérique. Des appels ont été lancés pour renforcer la compétitivité de l'économie européenne, garantir de bonnes conditions de travail et la justice fiscale.

La sécurité alimentaire figurait parmi les principaux sujets abordés dans le cadre du changement climatique et de l'environnement. Ont également été discutées : une agriculture plus durable, une action climatique accompagnée d'une mise en œuvre plus rapide du Pacte vert allant de pair avec une transition juste et équitable et une meilleure information pour les consommateurs sur la mobilité et les options alimentaires plus vertes.

Les solutions numériques ont été discutées dans tous les groupes de travail, et pas seulement dans le groupe sur la transformation numérique. Les sujets tels que l'accès à l'internet en tant que droit fondamental, les compétences numériques, la cybersécurité, la fiabilité des informations sans censure, la protection efficace des données et l'intelligence artificielle non biaisée ont tous été abordés. « L'accès aux infrastructures numériques doit être égal pour tous. Les citoyens doivent être en première ligne du déploiement », a déclaré Helmut Scholz (La Gauche, Allemagne).

Prochaines étapes

La dernière session plénière de la Conférence, les 29 et 30 avril, approuvera les propositions qui seront présentées au Bureau exécutif de la Conférence. Le rapport final sera remis le 9 mai à Strasbourg aux présidents des institutions européennes qui se sont engagés à y donner suite.

 - Avenir de l'Europe : la plénière de la conférence apporte les dernières modifications aux propositions

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI