Europe - Buitoni, Kinder et Lactalis : un système de sécurité sanitaire défaillant

 - Buitoni, Kinder et Lactalis : un système de sécurité sanitaire défaillant

- Buitoni, Kinder et Lactalis : un système de sécurité sanitaire défaillant

Par Quentin GUILLEMAIN - Président de l"Association pour la santé des enfants, le 06 Avril 2022

Une succession de problèmes sanitaires pour plusieurs produits industriels à base de lait.

Après les pizzas Buitoni fabriqués dans une usine à Caudry dans le Nord, ce sont désormais les chocolats Kinder fabriqués par Ferrero en Belgique et plusieurs fromages au lait crus fabriqués dans une usine de Lactalis (Fromagerie de Livarot) qui font désormais l'objet d'un retrait rappel par les autorités sanitaires.

Même s' ils ne sont pas tous l'objet d'une même contamination, tous ces retraits rappels viennent nous rappeler l'insuffisance de la sécurité sanitaire dans l'industrie agroalimentaire en Europe.

Des retraits rappels de produits dangereux qui arrivent à chaque fois après des hospitalisations, voire même après plusieurs décès.

Les retraits rappels des pizzas Buitoni contaminées par la bactérie E. Coli n'ont été réalisés qu'après de nombreuses hospitalisations et le décès de plusieurs enfants.

L'usine est aujourd'hui fermée par les autorités sanitaires en raison de problèmes d'hygiène. Est ce à croire que d'autres produits Buitoni sont concernés ? Pourquoi l'alerte n'a-t-elle pas été donnée plus tôt ? Pourquoi cette usine n'a-t-elle pas fait l'objet de véritables contrôles sanitaires plus tôt ?

Les retraits rappels des chocolats Kinder n'ont été réalisés qu'après que les autorités sanitaires françaises n'aient été sûres qu'un lien était possible entre la consommation des chocolats et de nombreux cas de salmonelloses suite à des hospitalisations d'enfants. Là encore il aura fallu de nombreuses hospitalisations pour que le retrait/rappel des produits soit lancé lundi 4 avril. L'alerte avait pourtant été lancée le 2 avril au Royaume-Uni. Le journal Ouest France indiquait même aujourd'hui que certains produits n'avaient pas été retirés des rayons des supermarchés. 

Le retrait rappel de fromages produits par une filiale de Lactalis aujourd'hui en raison de suspicion d'une contamination à la listériose suite à des contrôles.

Seulement si les contrôles avaient été faits correctement, les produits n'auraient pas dû être mis en vente. Pourquoi ces produits se retrouvent-ils en magasin ?

La encore l'opacité est la règle mais l'enjeu est plus grave car 1/4 des cas d'infection alimentaire à la listériose est mortel.

"Cela démontre que le système de sécurité sanitaire qui repose essentiellement par des autocontrôles des usines ne fonctionne pas. Ce constat avait pourtant déjà été fait lors de l'affaire des laits infantiles Lactalis contaminés aux salmonelles en 2017. Aucun enseignement n'en a été tiré ! Les véritables contrôles par les autorités sanitaires de ces usines n'existent quasiment plus en raison de la baisse constante des effectifs d'inspecteurs et d'une réglementation trop laxiste. Ces constats avaient pourtant déjà été faits par les députés et sénateurs lors de l'affaire Lactalis en 2017" dénonce Quentin GUILLEMAIN, président de l'association pour la santé des enfants (regroupant les familles de l'affaire Lactalis qui attendent toujours le procès dans cette affaire).


En 2017, l'affaire LACTALIS fait suite à la contamination par des salmonelles de plusieurs laits infantiles de la marque.

Plus de 800 victimes seront recensées par l'association et des centaines de parents déposeront plainte après Quentin GUILLEMAIN, Président de l'Association pour la santé des enfants. Plusieurs dizaines d'enfants furent hospitalisés avec pour certains des séquelles importantes.

Suite à des retraits rappels non réalisés, et à de nombreux autres scandales (l'usine ayant fabriqué ces laits était contaminée depuis une dizaine d'années sans que personne n'ait sonné l'alarme, les produits suspectés continuaient d'être vendus dans de nombreux supermarchés et pharmacies), une commission d'enquête parlementaire sera déployée conduisant à de nombreuses recommandations pour résoudre les dysfonctionnements découverts dans cette affaire.

Une instruction judiciaire est toujours en cours à cette heure suite aux centaines de plaintes déposées.

illustration

Quentin GUILLEMAIN - Président de l"Association pour la santé des enfants (06-04-22)

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI