Europe - Violations des droits de l'homme à Hong Kong, au Kazakhstan et au Soudan

 - Violations des droits de l'homme à Hong Kong, au Kazakhstan et au Soudan

- Violations des droits de l'homme à Hong Kong, au Kazakhstan et au Soudan

Par Parlement Européen, le 24 Janvier 2022

Les députés appellent à un boycott diplomatique et politique des Jeux olympiques d’hiver de Pékin 2022

Une enquête internationale nécessaire sur les crimes commis contre la population au Kazakhstan

  • Appel à tous les acteurs politiques soudanais pour qu’ils s’engagent dans un dialogue en vue d’une transition vers un régime civil
  • Jeudi, le Parlement a adopté trois résolutions sur les violations des droits fondamentaux à Hong Kong, sur la situation au Kazakhstan et sur la crise politique au Soudan.
  • Violations des droits fondamentaux à Hong Kong


Le Parlement condamne fermement la détérioration des droits humains à Hong Kong, notamment les sévères restrictions concernant la liberté d’expression, d’association et de la presse. Les députés appellent le gouvernement de Hong Kong à libérer tous les prisonniers politiques et à abandonner les poursuites contre tous les militants pacifiques arrêtés ces dernières années.

Ils exhortent les autorités chinoises à abroger la loi sur la sécurité nationale car ils considèrent qu’elle viole les obligations et les engagements internationaux de la Chine. Les députés pointent du doigt les tentatives répétées du gouvernement chinois de légitimer son système autoritaire à l’intérieur et à l’extérieur, et appellent les autorités de Hong Kong et de Macao à respecter pleinement l’État de droit, les droits humains, les principes démocratiques ainsi que le haut degré d’autonomie établi dans le principe ‘‘un pays, deux systèmes’’. Le Parlement regrette les modifications apportées récemment à la loi électorale de Hong Kong ainsi que les arrestations et le harcèlement de représentants de l’opposition pro-démocratique.

Les députés invitent le Conseil à introduire des sanctions ciblées contre les responsables chinois et de Hong Kong qui sont à l’origine de la répression actuelle des droits humains, ainsi que contre les entreprises complices de ces violations. Les députés appellent par ailleurs au boycott diplomatique et politique des Jeux olympiques de Pékin 2022.

Le texte a été adopté par 585 voix pour, 46 contre et 41 absentions. Pour plus de détails, le rapport complet sera disponible ici (20.01.2022).

Situation au Kazakhstan

Dénonçant fermement les nombreux actes de violence ayant suivi les manifestations pacifiques au Kazakhstan début janvier, le Parlement exhorte les autorités kazakhes à respecter les droits humains et les libertés fondamentales, et à libérer sans délai les manifestants et militants arbitrairement arrêtés.

Condamnant la rhétorique agressive du Président Tokaïev, notamment le fait qu’il ait qualifié les manifestants de ‘‘terroristes’’, les députés appellent les autorités kazakhes à ne pas présenter des accusations de terrorisme ‘‘sur la base d’interprétations trop larges du terme’’ et de faire la distinction entre les manifestants pacifiques et ceux qui utilisent la violence et commettent des infractions.

Le Parlement exige une véritable enquête internationale sur les crimes commis contre le peuple du Kazakhstan. Il exhorte également le gouvernement à envisager la création d’un groupe de travail permanent, sous les auspices de l’OSCE, pour évaluer si les manifestations étaient liées à une ingérence étrangère ou à des luttes de pouvoirs internes, et à traiter les racines de ces troubles.

Prenant acte de l’annonce du Président Tokaïev relative aux réformes socioéconomiques et politiques, les députés encouragent le gouvernement à améliorer le niveau de vie des citoyens et à traiter les causes du mécontentement. Pour les députés, le Kazakhstan a besoin de réformes urgentes pour lutter contre la corruption et réduire les inégalités croissantes.

Le texte a été adopté par 589 voix pour, 35 contre et 47 absentions. Pour plus de détails, le rapport complet sera disponible ici (20.01.2022).

Crise politique au Soudan

Le Parlement déplore que des dizaines de manifestants soudanais aient été tués et des centaines d'autres blessés, y compris en faisant usage de violences sexuelles, par les services de sécurité du pays et d'autres groupes armés à la suite du coup d'État militaire du 25 octobre 2021.

Soulignant l'importance de rétablir le droit du peuple soudanais à se réunir et à exercer ses droits fondamentaux pour la démocratie, les députés condamnent le coup d'État d'octobre et demandent aux dirigeants militaires soudanais de s'engager à nouveau et de toute urgence dans la transition démocratique du pays et de répondre aux demandes de liberté, de paix et de justice du peuple soudanais.

Le Parlement soutient pleinement les efforts de la Mission intégrée de l’ONU d'assistance à la transition au Soudan (UNITAMS) pour faciliter les pourparlers visant à résoudre la crise politique, et appelle tous les acteurs politiques soudanais à s’engager dans ce dialogue afin de relancer la transition vers un régime civil.

Les députés soulignent la nécessité de poursuivre l’assistance de l’UE en fournissant des services de base comme la santé et l’éducation, tout en appelant à une interdiction des exportations, de la vente, de la modernisation ou de la maintenance de toute forme d’équipement de sécurité qui pourrait être utilisé, ou serait déjà utilisé, pour la répression intérieure, notamment les technologies de surveillance par internet.

Le texte a été adopté par 629 voix pour, 30 contre et 31 absentions. Pour plus de détails, le rapport complet sera disponible ici (20.01.2022).

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI