Europe - La stratégie de Poutine pour faire pression sur l'Europe se désagrège 

 - La stratégie de Poutine pour faire pression sur l'Europe se désagrège 

- La stratégie de Poutine pour faire pression sur l'Europe se désagrège 

Par Nicholas Sargen, maître de conférences à Darden School of Buisness , le 10 Janvier 2023

La stratégie de Poutine pour faire pression sur l'Europe se désagrège 

Par Nicholas Sargen, maître de conférences à Darden School of Buisness et consultant en économie chez Fort Washington Investment Advisors :

Lorsque la Russie a envahi l'Ukraine en février dernier, le président Vladimir Poutine comptait sur une victoire militaire immédiate pour mettre l'Occident devant le fait accompli. Cependant, il est rapidement apparu qu'il avait fait un mauvais calcul en sous-estimant la détermination de l'Ukraine. Poutine a ensuite opté pour une stratégie consistant à mener une guerre longue qui saperait le moral du peuple ukrainien et diminuerait le soutien des pays européens.

La stratégie de Poutine à l'égard de l'Europe consistait à faire grimper les prix de l'énergie en réduisant l'approvisionnement en gaz naturel. En 2022, les exportations de gaz russe vers l'Europe via des gazoducs ont chuté à leur plus bas niveau post-soviétique, l'UE ayant réduit ses importations en raison du conflit ukrainien et un important gazoduc ayant été endommagé par une explosion.

De nombreux observateurs estiment que l'économie européenne est déjà en récession et qu'elle risque de s'aggraver cet hiver. Il se peut toutefois que cette évaluation doive être corrigée, car les prix du gaz naturel ont chuté de manière inattendue pour atteindre les niveaux d'avant la guerre en Ukraine. Le prix de référence du gaz en Europe (TTF néerlandais) est inférieur de plus de 75 % aux niveaux records de 350 euros/MWh atteints en août, des stocks plus importants que la normale ayant apaisé les craintes de pénurie.

Cette surprise a amené les prévisionnistes à se demander pourquoi cette baisse s’est produite et si elle est susceptible de perdurer.

L'Europe connaît jusqu'à présent un temps exceptionnellement chaud depuis octobre, avec des températures dans la région du Nord-Ouest supérieures de près de 8,5 degrés Celsius à la moyenne à long terme. C’est un facteur principal de la baisse des prix. Javier Bias de Bloomberg rapporte que la réduction de la demande d'énergie due au réchauffement des températures pourrait être de 13 % inférieure à la moyenne sur 30 ans. 

Cela a permis aux pays européens de constituer des systèmes de stockage d'énergie à 83 % de leur capacité, soit 30 points de plus qu'en 2021.

La grande inconnue, bien sûr, est de savoir combien de temps durera « la vague de chaleur ». La bonne nouvelle est que l'Europe sera presque à mi-chemin de sa saison de chauffage la semaine prochaine. Néanmoins, les prix pourraient s'envoler rapidement si le temps se refroidit, et certains analystes de matières premières prévoient que 2023 sera une autre année forte pour les matières premières, car la demande d'énergie reprend alors que l'offre se resserre. 

Ce qui se passe avec les prix de l'énergie n’est pas simplement dû à la chance. C'est aussi un témoignage sur la façon dont le processus d'ajustement fonctionne dans les économies de marché. Lorsque les prix de l'énergie ont grimpé en flèche après l'invasion de la Russie, la demande mondiale d'énergie a ralenti et les ménages et les entreprises ont délaissé le gaz naturel au profit d'une énergie moins chère.  

En outre, l'Europe a pris des mesures importantes pour économiser le gaz naturel et d'autres formes d'énergie. Un article du Financial Times documente les sacrifices que les pays européens font pour limiter les retombées de l'invasion de la Russie.  Il s'agit entre autres de la réduction des visites dans les saunas en Finlande ; l'atténuation des lumières et la baisse des températures dans les lieux publics en Allemagne, en France, en Autriche et dans d'autres pays, et le retour aux méthodes d'économie d'énergie utilisées en Europe de l'Est à l'époque soviétique. Les entreprises et les ménages se sont également tournés vers d'autres sources d'énergie, notamment en utilisant davantage le charbon en Allemagne, l'énergie nucléaire en France et l'énergie éolienne dans toute l'UE.

Au total, la réduction de l'utilisation du gaz naturel en Europe est estimée à environ 15 % au second semestre 2022, ce qui est conforme à l'engagement pris par les gouvernements européens en juillet.

Du côté de l'offre, le principal facteur a été l'augmentation des importations de gaz naturel liquéfié (GNL). Le principal fournisseur a été les États-Unis, qui sont devenus le premier exportateur mondial de GNL. Selon l'Agence d'information sur l'énergie, près des deux tiers des exportations américaines de GNL au cours du premier semestre de 2022 étaient destinées à l'UE et au Royaume-Uni.

Ces expéditions ont été rendues possibles par une augmentation significative de la capacité d'importation de l'UE et du Royaume-Uni, qui devrait augmenter d'un tiers d'ici 2024 par rapport à 2021. Les pays européens ont réactivé le développement d'installations de regazéification auparavant en sommeil dans les terminaux existants, et ils ont procédé à des mises à niveau depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie.

L'impact de la baisse des coûts du gaz, du ralentissement de la demande et du recours accru aux alternatives est particulièrement visible sur les prix de l'électricité, qui se sont effondrés. Par exemple, les prix allemands, qui ont grimpé à 700 euros par MWh en août, ont plongé la semaine dernière en territoire négatif. Cela signifie que les producteurs ont dû payer les consommateurs pour écouler leur production d'électricité.

Alors, où en est l’Europe maintenant ? À mon avis, quelle que soit l’évolution du prix du gaz naturel, l'Europe a bénéficié d'un répit bien nécessaire pour passer l'hiver. Bien que la récession soit toujours probable avec le resserrement de la politique de la BCE, il ya peu de chance qu’elle soit grave. Néanmoins, cela ne signifie pas que l'Europe doit se reposer sur ses lauriers, car des problèmes pourraient survenir.

Sur le plan politique, ces développements serviront à renforcer la détermination de l'Europe face à l'agression russe. Le perdant est manifestement Vladimir Poutine. Non seulement il doit faire face à des troupes russes dépassées par la résistance ukrainienne sur le champ de bataille, mais il voit également s'effondrer sa stratégie visant à forcer l'Ukraine et l'Europe à endurer un hiver rigoureux. En effet, il semble que le temps printanier de l'Europe pourrait être l'hiver du mécontentement de Poutine.

Illustration

Illustration

Nicholas Sargen, maître de conférences à Darden School of Buisness (10-01-23)

 

Une information à partager ?
Cliquez-ici !

 

Retour

 

A LIRE AUSSI